Qu'est-ce que l'Agroécologie ?

Agro-écologie est la contraction de deux sciences :  L’agronomie ( qui est la science de l’agriculture) et l’écologie (science de l’environnement). L’agro-écologie engage donc des modes de productions agricoles et les filières où les potentiels écologiques sont valorisés.

Le but de l’agro-écologie est avant tout de promouvoir des systèmes alimentaires viables, durables, respectueux des hommes et de l’environnement. Le but est alors de répondre aux besoins alimentaires et économiques en respectant les terres, les hommes et les animaux.

Comment réduire l'empreinte environnementale et tenir compte de la biodiversité avec l'Agroécologie ?

Tendre vers l’agro-écologie c’est avant tout adopter des pratiques tenant compte des équilibres de la nature et de ce qu’elle apporte.

Véritable alternative à l’agriculture intensive basée sur l’utilisation d’intrants comme les engrais, les pesticides, les énergies fossiles, l’eau pour l’irrigation, les aliments pour le bétail.. qui peuvent alors représenter une dépense de 50 à 60% du chiffre d’affaire d’une exploitation agricole.

Outre le coût économique, l’impact environnemental est également très négatif : pollution des sols, de l’eau, de l’air, dommages pour la santé des consommateurs comme des agriculteurs, destruction de la biodiversité locale… N’oublions pas qu’actuellement l’agriculture est responsable du réchauffement climatique à hauteur d’environ 24%. C’est donc un des principal levier de lutte contre ce dernier.

Pti'Apéro
DSC_4017

Des pratiques adaptées à des territoires locaux :

Agro-écologie est la contraction de deux sciences :  L’agronomie ( qui est la science de l’agriculture) et l’écologie (science de l’environnement). L’agro-écologie engage donc des modes de productions agricoles et les filières où les potentiels écologiques sont valorisés.

Le but de l’agro-écologie est avant tout de promouvoir des systèmes alimentaires viables, durables, respectueux des hommes et de l’environnement. Le but est alors de répondre aux besoins alimentaires et économiques en respectant les terres, les hommes et les animaux.

La faune et la flore au service des cultures

proactiv-01

Adopter une démarche d’Agro-écologie c’est alors repenser l’ensemble d’une exploitation :

  • Découpage des parcelles et plantation de haies pour maximiser les effets de bordure
  • Segmentation du terrain favorisant la rotation des cultures
  • Arrêt du labour permettant de travailler sur un sol vivant
  • Avec ses bénéfices :
  • Les effets de bordure vont alors fournir un gîte et/ou un couvert pour des espèces animales se nourrissant de ravageurs (pucerons par exemple)
  • La rotation des cultures permet de garder un sol équilibré en nutriment, ne favorise pas l’installation de maladie durables ou de ravageurs et herbes concurrentes des cultures.
  • Cultiver sur un sol vivant permet de lutter contre l’érosion des sols et favorise la microfaune (exemple des vers de terre) et leur actions bénéfiques (aération du sol, décomposition des matières pour enrichissement en nutriments..)

    L’agroécologie devient alors un gain de temps, d’énergie et d’argent pour l’agriculteur, renforce et permet de développement de la biodiversité locale et offre plus de résilience au système (résistance aux perturbations extérieures).

L'Agroécologie, un changement de paradigme ?

fi-01

Outre le fait de repenser les espaces, l’agro-écologie permet aussi d’aller plus loin que de simples pratiques agricoles et ouvre la porte d’un changement de paradigme.

Comme évoqué plus haut, l’agro-écologie incite ceux qui la pratique à limiter les intrants extérieurs. Ainsi, est privilégié une production locale et diversifiée qui permet d’être moins dépendant des aléas extérieurs comme des cours du marché tout en permettant un impact positif sur l’environnement.

Les acteurs se réapproprient donc des étapes clés de la production ce qui permet d’amener la réflexion sur les étapes de transformation et de distribution.

L’agro-écologie ayant pour principal pilier la localité et la diversité, vendre des produits en circuit court, voir en vente directe, devient alors une évidence. Cela permet de créer une relation de proximité avec les consommateurs finaux, apporte plus de transparence sur les produits et leurs origines mais apporte également une meilleure stabilité financière au fil du temps.

L'Agroécologie et Ptipot', quel lien ?

34735-01

La Permaculture n’est pas à proprement parlé un système agricole. S’articulant autour de trois principes fondamentaux et d’une éthique : Prendre soin de la Terre, Prendre soin des hommes et partager équitablement les ressources. Son objet est en réalité bien plus vaste :

  • Environnement habité (Autoconstruction, Solaire passif, Biogaz, matériaux naturels..)
  • Outils et technologies (Hydroélectricité, réutilisation, recyclage..)
  • Culture et éducation (École à la maison, arts et musiques participatifs..)
  • Santé et bien-être spirituel (Soins préventifs, yoga, discipline du corps et de l’esprit )
  • Finances et économies (Commerce équitable, WWOOFing, Banques éthiques..)
  • Patrimoine et communautés (Eco-villages, coopératives, résolution de conflits..)
  • Entretien des terres et de la nature (Agriculture bio & biodynamie, Jardins-forêts..)

Ptipot’ positionnant ses services de jardinage dans ce dernier point de la Permaculture, l’Agroécologie fait alors partie intégrante de la Permaculture. Nos pratiques sont en réalité issues de l’Agroécologie mais également de l’Agroforesterie, des jardins forêts, des forêts comestibles, de l’aquaculture ou du jardinage bio intensif.