Qu'est-ce qu'un jardin Biologique ?

Un jardin biologique est par définition une culture qui exclut l’usage des engrais ainsi que des pesticides de synthèses. Tous produits issus de votre jardin biologique est donc dit naturel.

Cela dit, il existe des pesticides qui ne sont pas artificiels. En effet, le soufre, le cuivre ou même l’arsenic sont des éléments naturels qui ont été utilisés par l’Homme il y a plusieurs siècles. De nos jours, nous savons que ces éléments vont mal se dégrader dans le temps et représente un risque pour l’environnement.

Un jardin biologique est donc un endroit sain où aucun élément synthétique ou naturel ne va polluer les sols sur le court ou long terme. Il se veut donc respectueux de son environnement et a pour principal objectif de rendre la terre vivante. Souvent confondu, il est important de savoir qu’un jardin biologique n’est pas forcément un jardin en permaculture.

Quelle définition du jardin Biologique ?

Selon Yves Gillen, un jardin biologique va même plus loin que cette simple définition puisqu’en plus de refuser les molécules de synthèses il faut également « jardiner de concert avec la nature et s’allier des auxiliaires ». Les auxiliaires mais qu’est-ce-que c’est ? C’est tous ces animaux ou végétaux dît « nuisibles » tels que les pucerons, les limaces, les mauvaises herbes qui s’ils sont bien compris et guider ne sont pas si ravageurs.

Un jardin biologique est donc un écosystème à part entière, il faut penser au sol, à l’eau et surtout la faune qu’il y a au sein de ce même environnement. Penser à la culture comme un tout avec l’Homme qui joue le rôle d’ingénieur de la nature. Chaque élément occupe une place importante et nous ne pouvons penser au jardin bio que lorsqu’ils sont tous réunis. Avoir un potager bio c’est donc ramener la fertilisation des sols par des moyens naturels

Oublions donc les produits anti-limaces, les désherbant qui sont un danger pour nos sols et nos cultures et ramenons la vie à coup de purin d’ortie qui seront satisfaire nos potagers bio. Les avantages d’un jardin biologique seront sa durabilité, son faible coût ainsi que son impact bénéfique sur l’environnement qui vous entoure.

Comment cultiver un jardin Biologique ?

proactive_-512-01

Commençons par laisser la bêche dans le cabanon et dîtes non au labour du sol. En effet il faut travailler le sol sans le bouleverser afin de retrouver une bonne qualité du sol avec sa vie “grouillante”. Oui, nous le savons, cette faune est loin d’attirer tout le monde mais pourtant c’est bien elle qui permet l’enrichissement et l’aération du sol.

Par ailleurs, c’est également ces “grouillants” qui vont permettre une bonne fertilisation de notre potager bio en se transformant peu à peu en de l’engrais organique et biologique. Remplaçons nos outils de jardinage traditionnels par une fourche bêche ou grelinette qui vont travailler de concert avec les micro-organismes, participant à l’aération des sols.

Cultiver de façon bio, c’est également revenir à ces engrais verts qu’utilisait l’Homme bien avant d’avoir l’idée de rentabiliser financièrement ses cultures. Là où le principal objectif était encore de nourrir avec fierté nos enfants.

Le compost et le fumier sont les plus connus mais il ne faut pas oublier tous ces purins de plantes qui vont pouvoir prévenir des maladies sur nos cultures. Les orties “piquent”, mais leur principal but est bien de fertiliser les sols lors de leur décomposition.

Donc Pitpot’, si j’ai bien compris, cultiver bio c’est simplement dire non aux molécules synthétique et polluants naturels ? Ah ! Sans oublier de ne pas labourer le sol ?!

Mais pas seulement !

Cultiver son potager biologique c’est aussi penser de façon stratégique à vos futures plantations.

Cultiver Bio ? C'est avant tout :

eyes-01

observer

planifier-01

planifier

agir-01

agir

Tout d’abord, il faut penser à ce qui compose l’environnement de votre jardin. Le climat et le sol sont les deux principaux facteurs de la réussite d’une culture saine et sans pollution. Il va donc falloir analyser quel type de sol vous avez sous les pieds : Argileux, Calcaire ou alcalin, Acide ?

Selon la spécificité de celui-ci, c’est un apport de sable de rivière, de compost ou d’algue qu’il faudra amender en douceur afin d’y trouver un bon équilibre.

Rappelons que la place que nous devons occuper au sein de notre potager biologique n’est pas celui de destructeur mais bien d’un ingénieur désireux d’un bel avenir pour son environnement.

Par ailleurs, il faut également s’attarder sur le type de légumes et fruits que vous désirez avoir dans votre assiette tout au long de l’année ! Oui nous adorons les plats pimentés mais ce n’est pas dans notre magnifique région des Hauts-de-France que nous allons pouvoir optimiser les récoltes des Piments.

Bien sûr il est possible de faire pousser à peu prêt tout, un peu partout dans le monde (Vous saviez que la pomme de terre a pour origine l’Amérique du Sud ?) mais selon certaines régions, il sera plus difficile d’apporter tous les éléments au bon développement de notre potager. Il faut donc sélectionner des légumes qui pourront dans un premier temps se développer selon le type de votre sol ainsi que les températures et la luminosité de votre région.

Vous l’aurez compris, la culture biologique c’est donc observer, comprendre et respecter son sol afin de pouvoir trouver sa place au sein de son environnement et de son potager.

Si vous désirez découvrir d’autres méthodes de cultures, rendez-vous sur notre page concernant l’agroécologie.