Qu'est ce qu'un jardin en permaculture ?

Avant tout chose, rappelons que la permaculture n’est pas seulement une approche tendance du jardinage. Elle place l’Homme dans un ensemble diversifié où tous les éléments sont liés. Ainsi, plantes, micro-organismes, animaux, insectes et êtres humains composent un environnement sain, auto-suffisant et harmonieux.

Conceptualisé par Bill Mollison et David Holmgren dans années 1970, le mot Permaculture est la simple contraction de (agri)culture permanente. Le Design (vue globale du projet) est alors au centre de toutes les attentions, venant s’enrichir au fil du temps et des observations, il permet de placer avec efficience les éléments et ainsi transformer votre lieu de vie en un écosystème productif, autonome, naturellement riche et harmonieux.

DSC_4141
DSC_4197

Comment faire un jardin en permaculture ?

Créer et aménager un jardin en permaculture permet alors d’améliorer l’environnement (biodiversité, sol vivant, insectes utiles, habitats et refuges pour la faune..) ET de répondre à nos besoins humains fondamentaux à travers la production : fruits et légumes, herbes aromatiques, plantes médicinales, fleurs, matières premières végétales le tout au sein d’espaces esthétiques, relaxants, ludiques ou romantiques.

Quelques principes clés du jardin en permaculture :

proactive_-51252-01

Gardez toujours à l’esprit que l’observation et la compréhension sont à la base de toute chose en permaculture, effectuez en premier lieu quelques relevés de votre terrain : orientation, altitude, pente, cycle de l’eau, flux, cycle solaire, vents dominants, climat, micro climats, nature de votre sol.. Cela permettra tout d’abord de fixer le cadre à travers l’analyse des relevés et donc la compréhension de votre environnement.

La définition de vos zones d’activités intervient ensuite pour vous faire économiser votre énergie et ainsi vous faciliter la vie. La zone 0 étant votre habitation principale, le classement s’établit alors en fonction de l’activité humaine (1 fréquenté quotidiennement, 5 fréquenté que très rarement/ sauvage)

Listez et organisez vos éléments en suivant leurs besoins et leurs produits (poulailler, potager, verger, compost, plantes aromatiques..), assemblez-les en suivant le modèle un élément trois fonction et imitez au maximum la nature à travers les formes, les emplacements, les courbes, les espèces végétales et animales, les étages forestiers..

Valorisez la diversité de votre écosystème et augmentez les interactions bénéfiques entre les êtres vivants, cela renforcera également la résilience du système.

Quelques techniques de bases du jardin potager en permaculture :

546512-01

L’eau est à la base de toute vie et doit donc être gérée en priorité. Facilitez la circulation l’utilisation et la récupération. Elle doit être recyclée au maximum et idéalement suivre un cycle. Une excellente gestion de l’eau permettra d’hydrater les plantes et de faire circuler les éléments nutritifs captés à travers son cycle.

Commencer petit est sans doute la clé de la réussite. Expérimentez, faites des essais, observez et choisissez vos supports de culture en fonction de votre contexte et de vos objectifs. Vous vous éviterez ainsi bien des déceptions.

Pratiquez des associations positives entre êtres vivants (Légumes, fleurs comestibles, mellifères, herbes, fruitiers..) ils composent ainsi un système et interagissent entre eux de manière positive et productive : remontée de nutriments, d’eau, création de microclimat..

Optimisez l’espace en cultivant serré un maximum de diversité. N’hésitez pas à monter en verticalité avec des treillis ou à améliorer l’accessibilité avec une ou plusieurs buttes. Favorisez au maximum l’effet de bordure avec des formes spécifiques (Trou de serrure, étoile, en U..) et des espaces de culture accessibles.

Ne laissez jamais le sol nu, gardez toujours à l’esprit qu’en Permaculture nous imitons la nature, idéalement votre sol doit ressembler à celui de la forêt. Un humus riche en matière organique, humide et habillé d’un couvert naturel. Utilisez donc du mulch (paillage) afin d’éviter l’évaporation de l’eau, sa décomposition peut également permettre d’enrichir le sol ou de créer un microclimat sur ce dernier (cartons, paillis, BRF, pierre, ardoise, espèces vivantes couvre sol..)

Vous pouvez également utiliser la technique de la lasagne afin de “créer” votre futur sol de culture. Superposez les couches de matières (carton brun, journal, herbes coupées, paille, déchets de cuisines, feuilles, terre de compost..) cela permettra de créer une barrière contre les mauvaises herbes, de stocker et faire circuler l’eau et d’enrichir le sol à travers la décomposition des couches. N’oubliez pas de couvrir de mulch la couche cultivée.

Cultivez sur un sol vivant. Attirez les vers de terre et favorisez la vie en gardant un sol drainé, aéré, meuble et en bonne santé. N’utilisez donc pas de pesticides ou fongicides chimiques qui détruiraient toute cette micro vie indispensable. Favorisez l’emploi de la grelinette qui favorisera l’aération du sol.

Produisez vous même votre compost et vos engrais verts. Favorisez vos déchets végétaux, de tonte, de taille, d’élagage. Transformez vos excédents de cuisine, vos cartons bruns, cultivez au maximum sur place les engrais utilisés au sein même du jardin. Le but étant de créer une boucle vertueuse, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

Au final, bien conçu, aménagé et entretenu votre jardin en permaculture s’auto-suffira, se défendra contre les agressions extérieures et gérera au mieux les éléments naturels. Cela vous permettra de réduire les arrosages, les interventions et d’en récolter les fruits.